vendredi, 03 mars 2017 15:10

Lettre mensuelle n° 105 : PEA-PME...

 

Logo Arobas Header Arobas

AROBAS FINANCE

Lettre mensuelle n° 105

Mars
2017

Nous contacter au

01 77 39 00 15

separator

2017 est une année importante pour la France, une année mouvementée pour les français. Arobas Finance accompagne ses clients depuis 18 ans dans les tourments des marchés financiers (bulle internet en 1999, crise des subprimes en 2008, etc.).

Investissez sur les marchés financiers avec Arobas Finance, il reste un potentiel de performance que nous vous proposons de capter. Le CAC 40 a fortement monté depuis 2012 mais reste en retard par rapport à l’indice Dow Jones (cf Edito de la Financière de l’Echiquier).

Dans cette lettre, nous faisons un point sur l’actualité financière, nous mettons en avant l’investissement dans les PME via le PEA-PME entre autres, ainsi que l’accompagnement personnalisé proposé par Arobas Finance.

Édito de la Financière de l’Échiquier

Trump candidat n’aimait ni les banquiers ni les marchés. La hausse des indices boursiers en 2016 n’était pour lui qu’une « big fat ugly bubble ». La vision du président Trump a bien changé et le franchissement des 20 000 points par l’indice Dow Jones la semaine dernière a été salué par un joyeux tweet présidentiel : « Great! ». Lire la suite.

Commentaires de Marchés

  • Swiss Life AM juge "limité" le risque d’hyperinflation. Lire la suite,
  • JP Morgan AM continue de favoriser les actions. Lire la suite,
  • Pour Fidelity, les signaux sont positifs pour la croissance des entreprises européennes. Lire la suite.

Solutions d'attente pour votre épargne

Arobas Finance vous recommande d'investir dans les petites et moyennes entreprises par l'intermédiaire de l'enveloppe fiscale du PEA-PME

Le PEA-PME fête ses 3 ans

Le développement du suivi des valeurs éligibles et la création d’une soixante d’OPCVM éligible permettent d’y voir beaucoup plus claire sur les perspectives de retour sur investissement de cette enveloppe fiscale.

  • Définition et avantages, lire la suite,
  • Notre portefeuille, lire la suite,
  • Notre offre, lire la suite,
  • Pourquoi maintenant, lire la suite.

Focus sur un fonds éligible :
Quadrige Rendement

Le fonds investit principalement dans les ETI françaises familiales, qui se transmettent souvent de génération en génération et dont la solidité financière peut être source de distribution régulière de dividendes. Leurs développements à l’international couplés à l’excellence opérationnelle sont à l’origine de solides perspectives de croissance rentable. Lire la suite.

L'offre bancaire d'Arobas Finance

Actualité produits

  • Top 10 de la collecte nette en 2016 chez notre partenaire AXA Thema, lire la suite,
  • Sérénipierre, le fonds euro au sommet des classements, lire la suite,
  • Produit structuré : Autocall Flash Avril 2017, lire la suite.

                                                          > Je souhaite en savoir plus

rss
arobas footer
header top
  Lettre n° 105
AROBAS FINANCE
Mars
2017
Titre

Édito de la Financière de l’Échiquier  trait rouge

Nous avons sélectionné l’édito de la dernière lettre mensuelle de la Financière de l’Échiquier, société de gestion que nous apprécions pour ses performances et sa liberté d’expression.

20 000

Trump candidat n’aimait ni les banquiers ni les marchés. La hausse des indices boursiers en 2016 n’était pour lui qu’une « big fat ugly bubble ». La vision du président Trump a bien changé et le franchissement des 20 000 points par l’indice Dow Jones la semaine dernière a été salué par un joyeux tweet présidentiel : « Great! ».

Il a depuis occasionné bien d’autres commentaires. Les plus critiques ont rappelé que le Dow Jones était un indice peu représentatif (il ne comporte que 30 valeurs) et biaisé (il est l’un des rares à être pondéré non sur la capitalisation mais sur le prix de ses valeurs [1]), mais leurs remarques liminaires n’ont pas cassé la joyeuse euphorie des salles de marché.

La machine à remonter le temps s’est mise en marche. A quelle date le Dow Jones avait-il valu 10 000 points pour la première fois ? 1999 (je m’en souviens). Et 1 000 ? 1972 (je ne m’en souvenais pas). Quel rythme !

Mais… quel rythme, au fait ? Réponse : 7%. C’est en appliquant à sa mise de départ un taux d’intérêt à 7% pendant 45 ans qu’on la multiplie par 20 sur cette durée.

Est-ce bien cohérent ? Une façon de répondre est de vérifier que, sur très longue période, la progression d’un indice composé d’actions correspond bien à la progression des profits des titres qui le composent. C’est une vérification complexe ; l’équipe de recherche de Charles Gave s’y est attelée [2]. En repartant d’un panier de valeurs basé à 100 en 1958, elle est parvenue à une valeur de 4 900 pour le panier et de 4 840 pour les profits : des résultats pas si éloignés. Dans les deux cas, la progression annuelle moyenne est de 6,9%.

A court et moyen termes en revanche, la comparaison entre progression indicielle et progression des profits est moins pertinente : le prix d’un indice est le reflet d’anticipations de profits et de taux. Ce n’est que dans la durée que la « réconciliation » entre profits et performance s’opère. Néanmoins, la divergence récente est si marquée qu’elle interpelle : tandis que les profits restaient stables au cours des quatre dernières années, le Dow Jones gagnait 43% dans l’intervalle.

« C’est l’effet taux », répondront tous les investisseurs avisés. Un effet auquel s’ajoutent les mesures présidentielles, en particulier la baisse du taux d’imposition sur les entreprises promise par Donald Trump. En actualisant des flux futurs en hausse (grâce à la baisse du taux d’imposition) sur un taux plus bas (jusqu’à l’été dernier ils baissaient continûment), on augmente « doublement » la valeur actuelle de l’indice.

Nous évoquions en novembre dernier la vigilance dont il allait falloir faire preuve à l’égard de la hausse des marchés américains. Nous y sommes. La divergence profits/valorisation ne pourra s’étendre indéfiniment. Les profits doivent rattraper les indices… et ce n’est là qu’un des paramètres : que l’inflation et les taux accélèrent trop sensiblement et l’effet d’actualisation s’inversera et tirera les indices vers le bas. Nous surveillerons tout particulièrement les obligataires qui, comme souvent depuis la crise, donneront le « la » sur les marchés.

Didier Le Menestrel, Président-Fondateur de la Financière de l’Echiquier

Avec la complicité de Marc Craquelin, Directeur de la gestion d’actifs

[1] Ainsi Goldman Sachs, dont le titre cote autour de 230 dollars, représente 8% du Dow Jones pour une capitalisation boursière de 97 milliards de dollars, tandis que General Electric, avec un prix autour de 30 dollars, ne représente qu’1% de l’indice, alors que sa capitalisation s’élève à 265 milliards de dollars.

[2] The Dow 20,000 Conundrum, Charles Gave, 26.01.2017.

header top

  Lettre n° 105
AROBAS FINANCE

Mars
2017

Titre

 Focus sur le PEA-PME  trait rouge                                                      

Le PEA-PME vient de fêter ses 3 ans d’existence. Le développement du suivi des valeurs éligibles et la création d’une soixante d’OPCVM éligible permettent d’y voir beaucoup plus claire sur les perspectives de retour sur investissement de cette nouvelle enveloppe fiscale.

Définition et avantages fiscaux

Comme le PEA, le PEA-PME comporte un compte titres et un compte espèces associés, le plafond de versement est de 75.000€. Le PEA-PME bénéficie des mêmes avantages fiscaux que le PEA :

  • pour un retrait avant 2 ans, les gains sont taxés à 22,5% plus les prélèvements sociaux (*),
  • pour un retrait entre 2 et 5 ans, les gains sont taxés à 19% plus les prélèvements sociaux (*),
  • pour un retrait après 5 ans, les gains sont taxés aux prélèvements sociaux (*).

Tout retrait avant 8 ans entraine automatiquement la clôture du plan. Après 8 ans, le plan perdure sans possibilité de nouveau versement.

(*) prélèvements sociaux à hauteur de 15,5% au 1er janvier 2017.

Notre portefeuille

Il est composé d’une sélection de six OPCVM parmi une liste réduite d’une quinzaine de fonds que nous suivons depuis leur lancement. Cette liste est composée des fonds des meilleures sociétés de gestion de la place de Paris : Amiral Gestion, Tocqueville Finance, Financière de l’Echiquier, DNCA Investments, Sycomore AM, etc. Chaque fonds est à poids égal dans le portefeuille puisque les grandes orientations de gestion des OPCVM éligibles au PEA PME sont les mêmes avec une prépondérance pour les PME françaises fonction de l’étendue géographique de l’expertise des sociétés de gestion.

Les performances calculées ci-dessous montrent la qualité de notre sélection notamment sur les deux dernières années. La sous performance de 2014 provient d’un choix réduit de fonds éligibles de qualité lors du lancement du PEA PME ainsi que des frais afférents à la création du portefeuille soit 1,6% sur l’année contre une moyenne de 0,9% en année normale.

Performances                                    2016         2015          2014       Création
Arobas PEA PME                          +18,62%    +26,71%    +10,10%    +65,47%
Indice Euronext PEA-PME 150   +14,74%    +21,75%    +16,01%    +62,07%

(*) La performance du portefeuille est calculé après les frais que nous appliquons chez notre dépositaire Finaveo/Natixis Euro Titres, à savoir 0,6% par an de frais de gestion conseillée et des frais de mouvements de 1% à la souscription et 0% au rachat lors des arbitrages.

Notre offre

Afin de mettre en place notre offre de gestion conseillée dans la cadre du PEA PME, nous avons sélectionné l’offre de Finaveo/Natixis Euro Titres. Cette dernière nous permet d’accéder à la totalité des fonds de la place de Paris à des conditions tarifaires compétitives.

Finaveo, le teneur de compte, met à votre disposition une interface web qui vous permet de réaliser la totalité des formalités (ouverture de compte, mise en place des arbitrages, etc.) via la signature électronique ainsi que le stockage de la totalité des documents.

Natixis Eurotitres, le dépositaire, vous offre la garantie d’un établissement de crédit solide, filiale du deuxième groupe bancaire en France : le groupe BPCE (Banque Populaire Caisse d’Epargne)

Pourquoi maintenant : Fermeture des fonds small-caps : une tendance vouée à se poursuivre ?

Comme annoncé par Didier Le Menestrel à la dernière conférence, la Financière de l’Echiquier souhaite limiter la progression de l’encours de son fonds small-caps après avoir atteint 350 millions d’euros sous gestion.

Ce cap a été franchi par Echiquier Entrepreneurs (+13,78% en 2016) la semaine dernière et en conséquence, une commission de 5% sera appliquée à partir du 1er mars pour toute nouvelle souscription sur le fonds, y compris pour les porteurs existants.

« Cette mesure est prise dans l’intérêt des porteurs de parts du fonds Echiquier Entrepreneurs. L’objectif est d’assurer les meilleures conditions de gestion de ce fonds de stock-picking, dans un univers de petites valeurs européennes où l’agilité et la gestion de la liquidité sont des facteurs de création de valeur prépondérants » explique l’équipe de gestion Small & Mid cap de La Financière de l’Echiquier composée de Stéphanie Bobtcheff, José Berros et Guillaume Puech.

Après Portzamparc PME (+14,56% en 2016) et Quadrige géré par Inocap (+37,04% en 2016), c’est donc un nouveau fonds éligible au PEA-PME qui ferme ses portes afin de préserver l’agilité de la gestion.

Ces fonds ont su bénéficier d'un contexte de marché favorable aux small-caps ces dernières années et la collecte récente témoigne de l’intérêt des investisseurs.

Portzamparc PME est ainsi passé de 100 à 180 millions d’euros d’encours en un an et Quadrige atteint 130 millions d’euros actuellement contre 20 millions d’euros sous gestion début 2016.

On peut imaginer que d’autres sociétés de gestion seront elles aussi amenées à restreindre l’accès à leurs fonds small caps après avoir atteint un certain seuil d’encours sous gestion.

En cas de fermeture des fonds small caps, les investisseurs peuvent néanmoins se tourner vers d’autres solutions au sein de la gamme des sociétés gestion pilotées par les mêmes gérants.

Souvent, ces derniers gèrent d’autres fonds small/mid caps ayant une capitalisation moyenne des titres supérieure à celle des fonds clôturés.

Il existe ainsi Echiquier Agenor, Portzamparc Entrepreneurs, Quadrige Rendement…des fonds dont l’enveloppe reste encore suffisamment large pour accueillir les souscriptions.

Source : H24Finance

header top
  Lettre n° 105
AROBAS FINANCE

Mars
2017

Titre

 Focus sur le fonds Quadrige Rendement  trait rouge                                        

Quadrige Rendement est un OPCVM principalement d’Entreprises de Tailles Intermédiaires (ETI) françaises familiales. Ces entreprises sont choisies pour la qualité de leurs fondamentaux, en toute indépendance par rapport aux indices boursiers.

L’équipe cherche à investir dans des ETI qui développent une activité haut de gamme sur des niches de marché. Leurs investissements significatifs peuvent permettre le déploiement d’un avantage concurrentiel, le gain de parts de marché à l’international et l’amélioration des marges. L'équipe de gestion sélectionne les leaders mondiaux au sein d’une gestion de conviction. Leur solidité financière peut être source de distribution régulière de dividendes.

La confiance dans l’équipe dirigeante est primordiale. Le fonds investis aux côtés de fondateurs/ managers, actionnaires de leur entreprise, avec une vision industrielle de long terme. L'équipe de gestion accorde une attention particulière aux entreprises familiales industrielles qui ont bâti un positionnement très différenciant.

Performances                                 2016          2015           2014         Création
Quadrige Rendement               +35,93%     +34,96%    +12,09%      +114,23%
Indice CAC Mid & Small             +7,19%     +18,17%      +8,40%        +39,37%

La conviction d'Inocap Gestion

La créativité, le dynamisme et le sens de l’anticipation associés à l’investissement permanent sont à l’origine du succès de nos plus belles ETI françaises. Nous investissons dans ces sociétés qui ont su conquérir la place de leader mondial sur des activités à forte valeur ajoutée, qui se transmettent souvent de génération en génération et distribuent des dividendes de manière régulière. Leurs développements à l’international couplés à l’excellence opérationnelle sont potentiellement à l’origine de solides perspectives de croissance rentable.

Documents utiles :        plaquette commerciale        rapport mensuel          document d'information

header top
  Lettre n° 105
AROBAS FINANCE

Mars
2017

Titre

Commentaires de marchéstrait rouge                                                                    

Swiss Life AM juge "limité" le risque d’hyperinflation

Si le regain d'inflation au niveau mondial est un fait incontestable depuis quelques mois, Swiss Life AM ne le voit pas dégénérer en une "hyperinflation" qui deviendrait alors néfaste. Il existe en effet encore aux Etats-Unis et dans le monde d’immenses surcapacités industrielles, plus de 8 ans après la faillite de la banque Lehman Brothers. "L’excès de capitaux de production dans certains secteurs industriels permet de contenir tout excès inflationniste", confirme Eric Bourguignon, directeur de la Gestion taux et crédit chez Swiss Life AM.

D'ailleurs, le gestionnaire d'actifs souligne que l'inflation core (hors alimentation et énergie) reste raisonnable.

Pour autant, trois facteurs au moins, déjà à l’œuvre, devraient continuer à soutenir les prix à travers le monde. D'abord, l'effet de base lié à la progression des prix énergétiques va rester d'actualité. "Par ce que les économistes appellent un effet de base, la hausse de près de 75% du cours du brut WTI enregistrée depuis un an provoque mécaniquement un pic d'inflation et ceci, quelle que soit l'évolution de l'environnement économique et financier", analyse Eric Bourguignon, chez Swiss Life AM.

De plus, des tensions salariales apparaissent sur le marché du travail américain, alors qu'il a atteint un quasi-plein emploi.

Enfin, Swiss Life AM rappelle que le programme de stimulation fiscale et d'investissement public souhaité par l'administration Trump aura des effets inflationnistes supplémentaires. "Le protectionnisme est inflationniste : la taxation des produits importés rend ces derniers moins attractifs pour les consommateurs américains et permet aux producteurs domestiques d'être moins concurrencés, et par conséquent d'augmenter leurs prix de vente", renchérit Eric Bourguignon.

JP Morgan AM continue de favoriser les actions

Dans son point de stratégie hebdomadaire, JPMorgan Asset Management arrive à la conclusion que la corrélation négative entre le rendement des actions et celui des obligations devrait se réduire avec l’accélération de la croissance nominale et, surtout, la réaction des banques centrales à ce changement. La corrélation entre actions et obligations sera par ailleurs davantage sujette à des poussées en territoire positif liées aux politiques monétaires. Cela signifie que la duration perd quelque peu de son efficacité en tant qu’amortisseur pour les portefeuilles.

Selon le gestionnaire d'actifs, cette constatation est à double tranchant pour les investisseurs multi-actifs. Les forces qui réduisent le rôle d'amortisseur de la duration sont les mêmes que celles qui justifient son biais pro-risque dans l'ensemble des portefeuilles, marqué notamment par une préférence pour les actions et le crédit au détriment des obligations d'État.

Pour Fidelity, les signaux sont positifs pour la croissance des entreprises européennes

L'horizon semble plutôt dégagé pour les marchés actions européens, grâce notamment à des perspectives bénéficiaires favorables pour les entreprises de la zone. "Le marché actions européen est désormais dans un momentum favorable avec des perspectives de croissance forte tout à fait justifiées : les prévisions de BPA (bénéfice par action) sont élevées, proches de nos propres estimations. Il en est de même pour 2018", confirme ainsi Victoire de Trogoff, gérante actions européennes chez Fidelity International.

Les secteurs contribuant à ces anticipations sont principalement l'énergie (bénéficiant de la remontée des cours du pétrole), les financières qui annoncent déjà des améliorations de leurs perspectives de résultats et les matériaux, précise-t-elle.

La gérante de Fidelity s'attend à ce que ce mouvement se poursuive et à un retour des flux positifs en faveur des actions européennes au détriment des titres américains.

Du point de vue des secteurs, Victoire de Trogoff, de Fidelity, assure que les banques vont bénéficier d'une remontée des taux et de l'inflation, ce qui justifie leur progression récente et leurs prévisions de résultat. De son côté, le secteur pharmaceutique reste dans une passe difficile après l'élection américaine malgré de bonnes prévisions de croissance des résultats.

"A l'inverse, au sein de cette même catégorie de valeurs défensives, le secteur de l'alimentaire bénéficie de valorisations supérieures en dépit de prévisions de croissance bien en deçà", note la gérante actions européennes chez Fidelity International.

Enfin, l'énergie, composante importante du marché et du portefeuille de Fidelity Europe, présente des perspectives de rendement du dividende favorables, et le secteur des télécoms est un secteur défensif très décoté. "Cependant, bien que les chiffres d'affaires et les résultats progressent, les niveaux d'investissement sont en hausse constante, ainsi le retour sur capitaux investis ne progresse pas", note à ce sujet Victoire de Trogoff.

header top
  Lettre n° 105
AROBAS FINANCE

Mars
2017

Titre

Actualité produitstrait rouge                                                                                    

Top 10 de la collecte nette en 2016 chez notre partenaire AXA Thema :

  • Sextant Grand Large (Amiral Gestion) : +11,17% en 2016,
  • Nordea-1 Stable Return (Nordea) : +2,96% en 2016,
  • Sycomore Partners (Sycomore) : +4,29% en 2016,
  • BDL Rempart Europe (BDL Capital Partners) : +0,81% en 2016,
  • AXA IM Patrimoine 90 (Axa IM) : lancé en 2016,
  • Varenne Valeur (Varenne Capital Partners) : +1,11% en 2016,
  • JP Morgan Global Macro Opportunities (JP Morgan AM) : -6,13% en 2016,
  • Quadrige Rendement (Inocap) : +35,93% en 2016,
  • Sextant PME (Amiral Gestion) : +24,49% en 2016,
  • Tikehau Income Cross Assets (Tikehau IM) : -0,15% en 2016.

Sérénipierre au sommet des classements

3,60% net de frais de gestion hors prélèvements sociaux servis sur le fonds Sécurité Pierre Euro.

Depuis 4 ans, le rendement de Sécurité Pierre Euro, le fonds euros principalement investi en immobilier du contrat d’assurance vie Sérénipierre, s’est placé au sommet des classements. Avoir Innové en 2012 en adoptant la pierre comme thématique d’investissement pour ce fonds a bien été un choix gagnant : qualité des investissements et gestion efficace des actifs immobiliers permettent d’afficher encore une performance particulièrement élevée.

Chaque versement est investi à hauteur de 35% maximum sur Sécurité Pierre Euro et doit comporter un minimum de 50% en unités de compte qui présentent un risque de perte en capital.

Produit structruré : Autocall Flash Avril 2017

Autocall Flash Avril 2017 est un produit de placement d’une durée maximale de 10 ans, présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l’échéance, ayant les caractéristiques suivantes :

La valeur du support s’apprécie selon l’évolution de l’indice CAC® Large 60 Equal Weight Excess Return (« CAC® Large 60 EWER »), indice représentatif du marché action français. Cet indice est calculé dividendes nets réinvestis et diminué d’un montant forfaitaire de 5 %.

Un remboursement automatique anticipé, majoré d’un gain de 0,01918 % par jour calendaire écoulé (soit un gain de 7,00 % par année écoulée) depuis le 28 avril 2017 exclu, si à une Date d’Observation Quotidienne, entre le 30 avril 2018 inclus et le 28 avril 2027 exclu le niveau de l’indice CAC® Large 60 EWER est supérieur ou égal à 100 % de son Niveau Initial.

Un remboursement du Capital Initial à l’échéance majoré d’un gain de 70,00 % tant que le niveau de l’indice CAC® Large 60 EWER est supérieur ou égal à 100 % de son Niveau Initial à la Date d’Observation Finale.

Un remboursement du Capital Initial à l’échéance tant que le niveau de l’indice CAC® Large 60 EWER est strictement inférieur à 100 % mais supérieur ou égal à 60 % de son Niveau Initial à la Date d’Observation Finale.

Un risque de perte en capital à l’échéance si le niveau de l’indice CAC® Large 60 EWER est strictement inférieur à 60 % de son Niveau Initial à la Date d’Observation Finale. Par exemple, si l’indice a baissé de 55 %, l’investisseur subira une perte en capital équivalente à la performance négative de l’indice CAC® Large 60 EWER depuis l’origine, soit un remboursement final à 45 %.

arobas footer

rss

Avertissement : ce mail d'information est rédigé et diffusé par la société Arobas Finance, cabinet de Conseil en Gestion de Patrimoine indépendante, créée en 1999. Toute reproduction, même partielle, est interdite, sauf accord préalable et écrit de la société. Ce document est basé sur des informations considérées comme fiables par Arobas Finance. Cet e-mail ne saurait engager la responsabilité de la société Arobas Finance en cas d'erreur ou d'omission. Les analyses et opinions exprimées dans ce document sont celles des dirigeants au jour où le document est rédigé et diffusé, et peuvent changer sans préavis. Ce document ne prend pas en compte des objectifs individuels, des situations fiscales, ou des besoins financiers particuliers et ne saurait donc constituer une recommandation personnalisée d'investissement ni une autre forme de conseil aux investisseurs. Toute souscription à un OPCVM ou un placement financier ne peut se faire qu'après lecture du DICI (Document d'Informations Clés Destinées aux Investisseurs) visé par l'AMF. Les DICI et prospectus complets sont disponibles auprès des sociétés de gestion concernées et auprès des services d'Arobas Finance sur simple demande. L'attention des lecteurs est attirée sur le fait que les valeurs mobilières font l'objet de variations de cours, soumises aux fluctuations des marchés financiers. Les performances ne sont pas constantes dans le temps : les performances passées ne présument pas des résultats à venir, et aucune garantie ne peut être donnée quant à leur évolution future. L'attention des lecteurs est attirée sur le fait que pour tout investissement, il existe des risques associés à cet investissement. D'une manière générale et par mesure de précaution, nous invitons tous nos lecteurs à considérer que toutes les solutions d'investissements abordées dans nos publications présentent un risque de perte pouvant aller jusqu'à la perte totale du capital. Arobas Finance sélectionne depuis son origine des placements et des produits défiscalisants pour ses clients : Assurance Vie, PEA, SCPI, FCPI, FIP, PME, Loi Girardin, SOFICA,… selon des critères de qualité et de régularité auprès de partenaires avec lesquels nous avons des relations importantes. Nos sites sont des outils décisionnels vous permettant de faire des choix justes et appropriés en sélectionnant parmi notre large gamme de produits, proposés avec des frais d'entrée réduits et raisonnables. En défiscalisation comme en bourse, il ne suffit pas d'être connecté, il faut être informé, conseillé et guidé. Dans ce but, et pour tous renseignements, informations ou conseils, vous pouvez contacter nos services au 01 77 39 00 15 ou convenir d'un rendez-vous.

AROBAS FINANCE S.A.R.L. au capital de 144936€ immatriculé au RCS Paris B 424 317 162
54, rue de Clichy - 75009 PARIS / Tél : 01 77 39 00 15

Plus dans cette catégorie : « Lettre Mensuelle n°104
Connectez-vous pour commenter